Piqûre de tique, maladie de Lyme : On vous dit tout !

Piqure de tique

La maladie Lyme ou Borreliose de Lyme est une maladie considérée comme émergente, puisque les cas sont malheureusement de plus en plus nombreux. Elle est transmise à l’homme par une piqûre de tique, et elle peut mettre de nombreuses années à se développer. C’est une maladie assez complexe à diagnostiquer, puisqu’on ne se rend pas toujours compte d’une morsure de tique, et que les symptômes ressemblent à ceux de pathologies bien plus communes telles que la grippe.

Il est pourtant indispensable de détecter rapidement la maladie de Lyme, puisqu’elle se traite facilement lorsqu’elle est ciblée rapidement. À l’inverse, si les médecins passent à côté de la maladie et que le patient n’est pas soigné suffisamment vite, la Borréliose de Lyme risque d’affecter ses articulations et son système nerveux. Ici, on vous dit tout ce qu’il faut savoir sur cette pathologie.

La découverte de la maladie

C’est en 1975, dans la ville de Lyme au Connecticut, qu’on découvre un nombre d’arthrites anormalement élevé, aussi bien chez les adultes que chez les enfants de la ville. Pendant plusieurs années, des recherches sont effectuées pour découvrir d’où vient ce mal, et c’est en 1982 qu’une entomologiste va conclure à la responsabilité des tiques dans une infection particulière, qui se répandait dans le liquide articulaire des malades.

C’est en analysant de nombreuses tiques, qu’il a découvert la bactérie borréliose de type spirochète, aussi bien dans le tube digestif de l’insecte que dans les articulations des patients atteints d’arthrite. On a alors donné le nom de la ville à cette maladie.

Comment peut-on attraper la maladie de Lyme ?

La maladie de Lyme se transmet essentiellement par la morsure d’une tique. Elle peut-être transmise à l’homme, mais également à la plupart des animaux. La tique passe son temps dans les hautes herbes et on la retrouve donc essentiellement en forêt, mais également dans les champs, les jardins, et finalement dans de nombreuses zones de plein air.

Les personnes à risque sont donc naturellement celles qui se rendent souvent dans ces endroits là, qu’ils soient forestiers, agriculteurs, campeurs, ramasseur de champignons ou encore randonneur. Il existe cependant d’autres modes de transmission. On sait que de nombreux insectes suceurs de sang peuvent être exposés à la Borréliose de Lyme même si les cas sont relativement rares.

Pendant la grossesse, une mère peu transmettre la maladie à son enfant, c’est également le cas lors d’une transfusion de sang contaminé. La maladie de Lyme peut aussi se transmettre lors d’un rapport sexuel. Enfin, dans certains métiers, on peut être exposé à des selles d’animaux ou d’humain, qui contiennent la bactérie Borrelia et qui peuvent provoquer l’infection.

 

maladie de lyme tique

 

Les symptômes de la maladie de Lyme

Lorsque la bactérie borrelia est inoculé à l’homme de façon cutanée, à la suite d’une morsure de tiques, la maladie de Lyme va se développer en 3 phases. Chaque phase est souvent séparée de l’autre par une période, parfois très longue, sans le moindre signe de la maladie. C’est pourquoi la maladie de Lyme est difficile à détecter.

La première phase de la maladie de Lyme

C’est une lésion cutanée, généralement assez visible, qui apparaît au niveau de la morsure. Les premiers jours, c’est assez réduit, et on retrouve simplement une petite tache d’un centimètre de diamètre. Au bout de 3 jours, la tache commence à s’étendre entre 2 et 3 cm. Elle va continuer à grandir pour atteindre environ 10 cm de diamètre. Chez certains patients, c’est même bien plus gros, jusqu’à 40 cm. Difficile de passer à côté.

Cette morsure et la lésion cutanée qui s’en suit ne sont pas douloureuses, et la tâche ne gratte pas. Elle évolue dans la plupart des cas de manière centrifuge. On nomme cette tache : Érythème chronique et elle sera parfois entouré d’un anneau rouge.

Lors de cette première phase de la maladie de Lyme, différents symptômes peuvent survenir :

  • Montée de fièvre
  • Maux de tête
  • Frissons
  • Douleurs musculaires et articulaires

Attention, chez de nombreux patients, dans environ 20 % des cas, la tache est très discrète. Elle est présente, mais sa couleur diffère très légèrement de la couleur de la peau. Dans ce cas, il est très probable que le patient ne la remarque pas, pendant tout le mois où elle restera sur sa peau. C’est évidemment un problème, puisqu’il faut traiter la maladie de Lyme aussi rapidement que possible, pour éviter de passer à la phase deux.

maladie lyme

 

Phase 2 de la maladie de Lyme

Elle peut survenir plusieurs semaines et même plusieurs mois après la fin de la phase 1, si aucun traitement n’a été intégré par le patient lors de la phase 1. La phase 2 se traduit par une grande fatigue générale, souvent associée à des vertiges. D’autres symptômes caractéristiques peuvent apparaître :

  • Les articulations sont douloureuses et les premiers signes d’arthrite apparaissent dans les articulations importantes que sont les coudes, les chevilles, les poignets ou les genoux.
  • Comme lors de la phase 1, des lésions cutanés, généralement sous la forme de taches rouges, peuvent faire leur apparition.
  • Plus grave, des troubles neurologiques, des méningites ou même des paralysies faciales peuvent se manifester.
  • Dans quelques cas, on note aussi quelques troubles cardiaques, avec des palpitations ou des syncopes.

À ce stade, il est évidemment impératif de traiter convenablement la maladie pour éviter d’atteindre la phase 3, qui pourraient au bout de quelques années, s’avérer désastreuse pour le patient.

Phase 3 de la maladie de Lyme

Sans traitement, le patient peut atteindre la troisième et dernière phase de la maladie, et elle peut être fatale. On retrouve l’ensemble des symptômes des phases 1 et 2, qui s’aggravent progressivement, pour devenir chronique. Cette troisième phase peut se déclencher plusieurs années après la phase 1, et le patient qui n’est pas traité peut croire que tout est rentré dans l’ordre, alors que ce n’est pas le cas.

À ce niveau-là, la maladie a atteint progressivement l’ensemble des organes. Les nerfs sont attaqués, les yeux également. La peau peut devenir très fine, plus fragile, voir même transparente dans certains cas. Les problèmes neurologiques vont s’amplifier, avec une impossibilité à se concentrer et une mémoire très dégradée. Enfin, des problèmes cardiaques importants peuvent survenir.

Cependant, cette évolution en phase 3 est relativement rare, même chez les patients n’ayant pas été traités. La maladie peut stagner en phase 2 pour le reste de la vie du patient. La phase 2 est cependant déjà très handicapante dans certains cas.

Comment diagnostiquer la maladie de Lyme ?

Le diagnostic n’est pas toujours simple, puisque les symptômes sont nombreux, souvent indolores et même invisibles. Les symptômes les plus visibles sont souvent ressemblants à ceux de pathologies plus courantes, comme la grippe. Évidemment le diagnostic sera plus simple si vous savez que vous avez été mordu par une tique, et que vous avez remarqué la tache rouge sur votre corps.

Il est également important que votre médecin traitant connaisse vos habitudes de vie. Si vous passez beaucoup de temps dans les bois, si vous avez de nombreux animaux susceptibles d’avoir amené des tiques à la maison, alors le médecin va s’orienter plus rapidement vers la maladie de Lyme.

La prise de sang peut permettre de détecter la maladie, mais ce n’est pas toujours le cas lors de la première phase. La maladie de Lyme peut-être détecté lors d’examens neurologiques, ou à la suite d’un électrocardiogramme. Quoi qu’il en soit, ce sont souvent des signes cliniques observés qui vont établir le diagnostic.

Faut-il consulter immédiatement après une morsure de tique ?

Non, il n’est pas nécessaire de voir un médecin immédiatement après une piqûre de tique. Seules quelques tiques sont porteuses de la maladie, et une morsure ne signifie pas que la maladie est déjà en vous. Voici donc les cas qui doivent vous pousser à vous rendre chez le médecin.

  • Après une morsure, vous devez surveiller la zone où la bête s’était accrochée. Si une marque rouge apparaît au bout de quelques jours ou au bout de quelques semaines, il s’agit d’un érythème migrant et vous avez donc été contaminé. Il faudra donc consulter rapidement.
  • Si vous êtes enceinte et que vous avez été mordu par une tique, ou qu’un enfant de moins de 8 ans a été mordu par une tique.
  • La tique est accrochée depuis au moins 36 heures. Si vous ne savez pas depuis combien de temps elle est là, et qu’elle est gorgée de sang au moment de son retrait.
  • Dans le cas où vous seriez immunodéprimé et donc sous traitement, notamment pour lutter contre le VIH.
  • Si quelques symptômes anormaux comme des douleurs musculaires, des fièvres, des fatigues, des plaques rouges même sans avoir été piqués apparaissent.

 

morsure tique maladie lyme

 

Maladie de Lyme : Quel traitement ?

Ce sont des antibiotiques qui vont permettre le traitement de la borréliose de Lyme. Il y a trois possibilités : l’amoxicilline, la doxycyline, et la ceftriaxone. La durée du traitement et le choix de l’antibiotique vont dépendre du stade de la maladie, des symptômes cliniques observés et bien sûr des potentielles allergies du patient.

En phase 1 de la maladie, on utilise l’amoxocilline ou la doxycyline par voie orale. En moyenne, le traitement dure entre 3 à 4 semaines. D’autres antibiotiques comme les macrolides et les céphalosporines sont parfois utiles pour réduire rapidement un érythème migrant.

Lorsque la maladie est plus développée, c’est souvent la ceftriaxone qui est utilisée. C’est notamment le cas lors de problèmes neurologiques, comme une paralysie faciale ou une méningite. Pour les stades très avancés de la maladie, avec notamment des symptômes cardiaques, les traitements se feront en milieu hospitalier.

Un vaccin contre la maladie de Lyme ?

Il y a effectivement un vaccin disponible aux États-Unis. Il est conseillé à ceux étant souvent au contact de la nature, qu’ils soient bûcherons, gardes forestiers ou golfeurs. Il a démontré une efficacité intéressante, mais il doit être renouvelé chaque année. Comme le vaccin de la grippe, il ne permet pas de lutter contre toute les souche de borréliose et n’est donc pas 100 % efficace.

En Europe, il est d’ailleurs complètement inefficace contre les souches européennes de Borrelia. Un vaccin est actuellement en développement, mais pour l’instant aucune vaccination ne sera efficace sur le territoire européen.

Comment prévenir les morsures de tique ?

Personne n’est à l’abri d’une morsure de tique lors d’une randonnée en forêt, d’une sortie à la campagne, ou tout simplement pendant son jardinage. Le meilleur moyen d’éviter la maladie de Lyme est évidemment de ne pas être mordu. Pour cela, il faut simplement adapter quelques gestes simples.

Prévoyez toujours un tire-tique afin de retirer rapidement la petite bête si elle venait à vous mordre. Les chances d’être infectées diminuent considérablement si la tique ne reste en place que quelques minutes.

Portez autant que possible des vêtements longs, qui vont couvrir les jambes et les bras. Dans une zone connue pour la présence de tique, il faut serrer les poignets et les chevilles pour empêcher les insectes d’entrer. On va également privilégier les vêtements clairs, qui nous permettent de repérer la tique plus facilement.

Les chaussures doivent être fermées, avec une paire de chaussette épaisse. Pour les enfants les plus jeunes, parfois à la hauteur des herbes hautes, couvrez leur le coup et la tête.

Les répulsifs sont relativement efficaces contre les tiques. Ils doivent contenir du DEET. La tique risque de venir sur vous, mais elle va repartir immédiatement. En revanche, ce type de répulsif est contre-indiqué pour les femmes enceintes.

Des répulsifs vestimentaires sont également très utiles. La perméthrine est très efficaces et elle s’applique en pulvérisation sur le vêtement. Une seule pulvérisation est efficace pendant 6 semaines. En revanche, tous les répulsifs de ce type sont toxiques, et il faut donc les utiliser intelligemment, et préserver les femmes enceintes ainsi que les enfants.

Une vérification après chaque sortie

Si vous avez l’habitude de vous balader en forêt ou à la campagne, alors il est nécessaire de faire une petite vérification après chaque sortie. Il faut être minutieux et bien chercher dans les zones à risque, afin de repérer la présence d’une tique.

On commence tout d’abord par prendre une douche ou un bain. Cela permet de remplacer nos vêtements qui peuvent contenir une tique qui n’aurait pas encore mordu et qui ne résistera pas à la machine à laver. Ensuite, la plupart des tiques tout juste implantée vont lâcher leur proie si elle se retrouver sous l’eau et sous le savon. Enfin, si on se nettoie correctement, on a de fortes chances de sentir la tique au toucher.

Il faut bien vérifier le cuir chevelu et toutes les zones où les poils sont les plus nombreux. La tique est joueuse et elle cherche à se cacher pour être aussi tranquille que possible afin de ne pas être déranger pendant son repas interminable. On va donc bien vérifier derrière les oreilles, dans les plis des genoux, des aisselles, dans le nombril et même entre les fesses.

Si vous avez des animaux qui vous accompagne en balade, alors il faut les inspecter de la même façon. Enfin, pour être sûr de décontaminer les vêtements, on les passe au sèche-linge à une température assez haute pendant une heure.

 

tire tique

 

Comment retirer une tique ?

Il y a plusieurs méthodes. La plus conseillée est celle du tire-tique, qui est un petit objet qu’on trouve en pharmacie. Cela ressemble à un petit pied de biche. On place sa tête sous la tique, le plus près possible de la peau, et on tire doucement mais avec fermeté vers l’extérieur. Il ne faut par chercher à remuer la tique, ou à la faire tourner, puisqu’on risque de détacher le corps de la tête.

Si vous n’avez pas de tire-tique, alors une pince à épiler peut parfaitement faire l’affaire. À la suite du retrait de la tique, la peau sera parfois légèrement enflée, appliquez un antiseptique pour aider à la cicatrisation et à la désinfection de la petite plaie.

Si vous n’avez ni pince, ni tire-tique, il faut utiliser la technique de la paille et du nœud. Un simple fil un peu résistant fera l’affaire. On emprisonne la tique dans la paille, puis on fait un nœud lâche autour de cette dernière avec notre fil. On descend alors le fil le long de la paille, jusqu’à la tique et on positionne le nœud sous le corps de la tique, au niveau de la tête de cette dernière.

En serrant doucement le nœud, ce dernier va se placer au niveau des pièces buccales de la bête et en tirant sur le fil, elle va se détacher. Avec cette méthode, un peu plus compliquée, on va éviter à la tique de rejeter des bactéries se trouvant dans son abdomen, et ainsi se protéger de la maladie de Lyme.

Sur le même sujet
No related posts for this content

Camille

Bonjour Je suis Camille, étudiante en médecine et passionnée du web. Depuis 2017 je mets à jour toute seule le site Dispositif-Sante.com